Chiots peureux, anxieux...

Chaque semaine, malheureusement, des clients me téléphonent en panique, car leur chiot qu'ils ont reçu depuis une semaine, fuit devant l'approche du propriétaire, se cache sous le canapé toute la journée, a une peur panique si quelqu'un arrive vers le chiot, refuse de sortir dans la rue...

 

 

Cela me fait toujours mal au ventre, de voir la détresse des gens dans ces cas-là. Les gens sont complètement dépassés par la situation et tombent de bien haut. Car à la base, ils rêvaient tous, de passer d'excellents moments de partage avec leur chien. 

 

Evidemment, il y a un temps d'adaptation à faire pour le chiot. Il est sorti de l'élevage où il avait tous ses repères, quoi de plus normal d'avoir un peu de timidité, pendant une semaine ou deux. Mais pas de rentrer, dans des états de peur panique, avec tous les soucis liés aux peurs, que cela implique: réactivité, sidération, prédation, agression, anxiété, dépression...

 

 

Dans ces cas-là, on parle souvent de syndrome de privation pour expliquer ces peurs.

 

Définition du Syndrome de privation, selon le Dr. Joël Dehasse: C'est une incapacité des chiots qui sont élevés dans un environnement hypostimulant, à s'adapter à un environnement riche et complexe. Le chiot privé de ces stimulis pendant la phase sensible (imprégnation et période de socialisation) peut développer des troubles psychologiques, de type, manque d'adaptation au milieu de vie avec des phobies. 

 

En discutant avec les clients, on s'aperçoit que, par exemple:

  • Les origines du chiot ne sont pas connues des clients (élevage trafic).
  • Le chiot provient d'une usine à chiot.
  • L'éleveur a déposé le chiot chez les clients.
  • Les clients ne sont pas allés visiter sur place l'élevage. 
  • Les clients n'ont pas pu rencontrer les parents des chiots.
  • Les clients n'ont pas pu approcher la mère, qui fuyait ou grognait.
  • ...

 

A l'heure actuelle, on ne parle plus tellement de syndrome de privation, car en fait, c'est uniquement un terme qu'on utilise pour expliquer uniquement les phobies provenant d'un environnement pas suffisamment stimulant.

 

Sauf que les phobies et l'anxiété, proviennent d'une mauvaise génétique (donc des parents avec un tempérament de peur ou des grands-parents,...) pour beaucoup de chiens. Un chiot hypostimulé chez son éleveur, peut très bien ne pas développer de phobies chez son propriétaire, car il possède une très bonne génétique adaptative, sans caractère de peur... 

Chez les humains, c'est pareil, chaque personne a sa propre sensibilité et tout le monde n'est pas égaux devant l'anxiété. Cela a aussi été prouvé scientifiquement chez les humains, que l'anxiété était génétique.

 

Oui les gênes se transmettent de génération en génération, d'où le fameux proverbe: la pomme ne tombe jamais loin de l'arbre. Egalement valable pour les chiens et tous les êtres vivants.

 

En fait, toutes les classes chiots que les gens font, servent uniquement à rattraper les failles de la génétique et un manque de stimulation chez l'éleveur! Je résume grossièrement, pour ceux qui ne sont pas d'accord, bien évidemment. Il est évident qu'il faut prendre le temps de socialiser son chiot, pendant la période d'imprégnation (entre la troisième et la douzième semaine de vie). Je recommande aussi de continuer la socialisation par la suite, indépendamment d'une excellente génétique.

 

C'est pour cela, qu'on recommande TOUJOURS aux futurs acheteurs de:

  • Bien se renseigner sur le type d'élevage et le caractère des parents, des grands-parents...
  • Le type de race désirée.
  • D'aller visiter plusieurs fois l'élevage
  • De rencontrer et être en contact avec les parents du futur chiot acheté.
  • Aller visiter un autre élevage, avec la même lignée, pour repérer les oncles, tantes et cousins...

 

Bref, se faire une idée générale, pour mettre toutes les chances de son côté. Il est bien clair que dans une portée, tous les chiots auront un tempérament différent. Mais en contrôlant auparavant la génétique, par le biais du tempérament des parents, on évite déjà bien des soucis ultérieurs (que ce soit santé ou comportement). 

 

Il est bien clair que d'aller chez un éleveur avec 100 médailles obtenues, dans des concours  de beauté, ne vous garantira pas du tout, un chien stable avec un bon caractère et une bonne santé. Et c'est là, le gros problème, c'est que les gens se font avoir par les beaux trophées sur l'étagère de l'éleveur, par méconnaissance.

 

Et oui, j'estime qu'acheter un chiot avec un pedigree à 2500 euros pour certains, on est en droit d'exiger un minimum de sécurité et de garantie! N'en déplaise à certains éleveurs qui vont me lire.

 

Des chiens, dans les refuges, il y en a beaucoup, gratuitement et qui recherchent un foyer aimant pour les accueillir. Si on reproduit, c'est pour obtenir un minimum de qualité, autant psychologique, physique et au niveau de la santé. La génétique et la sélection y sont pour beaucoup. Et personnellement, c'est ce que je désire payer, quand je vais acheter un chien chez un éleveur et non pas, les médailles de concours.

 

Combien de fois, je reçois des appels pour travailler des chiens, sur des peurs, car les gens désirent faire une ou deux portées et qu'ils doivent réussir un test de comportement officiel. Désolée, on ne sélectionne pas une femelle qui présente des peurs sur les humains! Même si après un travail de rééducation, la chienne présente moins de peurs. Il y aura d'autres femelles plus adaptées, pour poursuivre une sélection d'élevage.

 

Si vous n'êtes pas sûr de vous, demandez l'avis d'un éducateur ou de quelqu'un qui s'y connait dans le langage corporel du chien et de vous accompagner chez l'éleveur, pour éviter de nombreuses déceptions. En plus, voir un chien vivre pendant 15 ans avec la boule au ventre, quotidiennement, désolée, je trouve cela horrible de faire subir ça, à un autre être vivant.

 

Voir le lien suivant: langage du chien.

 

Heureusement, beaucoup d'éleveurs font leur travail sérieusement, avec passion,  en étant amoureux de la race qu'ils élèvent et qui fournissent de très bons conseils au futur propriétaire.

 

 

Merci à tous ceux-ci.

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Boubou (vendredi, 18 janvier 2019 13:00)

    Super article. également important dans la mesure du possible de voir des descendants déjà issus des parents (même chez des particuliers), et de voir l'implication de l'éleveur dans le placement des
    chiots, s'il pose beaucoup de questions pour le bien-être futur des chiens, si il est à l'écoute des humains, montre les tests génétiques, de caractère, etc sans problème. Cela ne fait pas tout, mais
    c'est un plus ,-)

  • #2

    d-click (vendredi, 18 janvier 2019 13:00)

    cool l'article ! Problème récurent : les personnes en situation ne liront malheureusement cet article que trop tard !

  • #3

    Arlette Voria (samedi, 19 janvier 2019 10:52)

    Très intéressant, juste,applicable qu'en cas d'achat, d'adoption de pure race=chiens d'élevage. Comment faire quand sauvetage, adoption de SPA?

  • #4

    Caroline Macherel Tout'Pattes (samedi, 19 janvier 2019 16:02)

    Arlette pour répondre à votre question:
    Sur un chien adulte on sait à quoi s'attendre vu que le chien est mature et souvent en spa, on peut aller promener et donc faire un choix en toute connaissance de cause. Sur un chien adulte, il n'y aura normalement plus de changements majeurs de comportements, vu que la puberté est finit. Donc l'origine du chien adulte et de son arbre généalogique ne nous sont pas utiles. Le titre de l'article est sur le choix d'un chiot en élevage, pour acheter en mettant ses chances de côté pour éviter les soucis à la puberté. Les changements de comportements apparaissent à la puberté, donc en toute logique après l'achat du chiot. Oui, il vaudrait mieux pouvoir tester le chien adulte provenant d'une association ou autres, avant l'adoption. Pouvoir passer du temps avec le chien. Et oui, j'en connais beaucoup qui ont eu de gros gros problèmes avec les chiens de sauvetage de l'étranger. Privilégiez les SPA, associations avec les chiens qui sont sur place.

Retrouvez-nous et abonnez-vous sur:


Partagez